Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Notes vagabondes - Page 5

  • L'Heure du Jazz n° 16 - Émission d'avril 2021

    radio-declic.png

    Au programme du mois d'avril 2021 sur Radio Déclic, alors que le confinement est de retour et nous contraint à fabriquer L'Heure du Jazz à la maison, de très belles nouveautés sont au programme, avant une conclusion électrique en hommage au Mahavishnu Orchestra : Stefano Di Battista : « Cosa avete fatto a Solange » ; « The Good, the Bad and the Ugly » ; SHIJIN : « Time Travel » ; Tania Giannouli Trio : « Night Flight » ; Anne Paceo : «  Tzigane » ; Atlantico : « True North » ; John McLaughlin 4th Dimension & Jimmy Herring Invisible Whip : « The Dance of Maya ».

    Écouter l'émission :
    podcast
    Accéder à toutes les émissions

  • Tristan Mélia : Mistake Romance

    tristan meliaEst-il vraiment raisonnable, en ces interminables mois de grisaille pandémique, de se déclarer ouvertement romantique alors qu’on a tout juste vingt-cinq ans, l’âge supposé des audaces et des barrières qu’il faut franchir pour croire qu’on existe ? Une question cruciale à laquelle Tristan Mélia a choisi de répondre par l’affirmative, osant même exprimer le désir d’extirper son propre cœur pour le glisser à l’intérieur de son piano.

    Pour son deuxième album – après No Problem en 2018 avec le soutien de Thomas Bramerie (contrebasse) et Cédrick Bec (batterie) – ce jeune musicien s’est lancé dans l’aventure en solitaire, sous la forme d’une succession de confidences mélodiques enregistrées au mois de septembre 2020, entre deux confinements et au milieu desquelles surgissent parfois d’étonnantes (et réjouissantes) convergences entre jazz et musique classique. Mêlant en toute intimité compositions personnelles et reprises de différents thèmes célébrant avant tout la puissance communicative de la mélodie, Mistake Romance – parce que le pianiste aimerait pouvoir faire de ses erreurs des romances plutôt que des sources de conflit – est le livre dont on peut tourner les pages depuis les années d’enfance jusqu’à l’aube d’une vie. Tous les rêves sont permis, le sourire est prescrit comme une médecine douce, l’âme revendique son statut de porte ouverte sur l’autre, le souvenir se veut richesse bien plus qu’une machine à fabriquer du regret, chaque jour ressemble à un nouveau départ.

    « Soul Eyes » et son clin d’œil appuyé à Bach, « Smile » et l’image émouvante d’un Charlie Chaplin, « 500 Miles » et son invitation au voyage… Quelques exemples qui sont autant d’appels à l’universalité de la musique et qui sonnent terriblement « vrai » chez Tristan Mélia, être humain désireux d’instiller du bout des doigts cette dose essentielle de douceur qui file entre les nôtres dès lors qu’elle se heurte aux vicissitudes d’un quotidien en perte de sens.

    Essentiel, oui, à l’instar de « The Essential » qui ouvre cette promenade heureuse dont on saluera l'humanité tout autant que l'exposition à la lumière. Voici bien un parcours tendre et bienvenu, une source claire. Une romance.

    Tristan Mélia : piano.

    Titres : The Essential | Mistake Romance | Only My Heart | Soul Eyes | Ready To Go | Smile | Enfance | 500 Miles | Someday My prince Will Come | My Old Flame | The Nearness Of You | Piano des souvenirs.

    Label : Jazz Family

  • Mathias Lévy : Unis vers

    Mathias LévyBien loin d’être une nouveauté – ce disque du violoniste Mathias Lévy est sorti en effet au mois d’août 2019 – Unis vers n’en mérite pas moins une rapide évocation à travers une petite histoire à ma façon. Et puis, dans ce carnet de Notes Vagabondes, on fait à son rythme, la contrainte n’est pas de mise. Laissez-moi donc vous raconter en quelques mots…

    La semaine dernière, butinant nonchalamment sur une toile hautement fréquentée en ces temps de Covid-19 et d’usage prolongé, parfois malgré notre bonne volonté, de nos écrans, j’ai découvert l’existence d’un album recommandé par le journaliste Michel Mompontet. Il s’agissait de Proust, le concert retrouvé. De quoi attiser ma curiosité – ceux qui me connaissent bien n’en seront pas étonnés – et envisager pourquoi pas une troisième lecture de La Recherche (comme disent les spécialistes). Mais là n’est pas la question, je m’égare… Car c’est en lisant les notes du livret que j’ai appris qu’accompagné par le pianiste Tanguy de Williencourt, Théotime Langlois de Swarte y jouait sur un instrument de 1708, le Davidoff, ayant appartenu à Antonio Stravidari, un violon entré dans la collection du Musée de la Musique à la fin du XIXe siècle. Cet enregistrement (dont l’écoute vous est vivement recommandée par ailleurs) entre dans le cadre d’une série justement baptisée Stradivari. Celle-ci consiste, en association avec la Philharmonie de Paris, à mettre dans les mains des musiciens des instruments historiques, comme s’il s’agissait de leur redonner vie et de tendre un fil amoureux entre passé et présent. Voilà pour le contexte.

    La dernière page dudit livret affichait d’autres références de cette collection et notamment celle d’Unis vers. Suis-je bête ? Et dire que j’avais reçu ce disque il y a plus de dix-huit mois et que, par un phénomène que je ne saurais expliquer, je n’avais pas encore pris le temps de l’écouter. Pourtant je connaissais un peu Mathias Lévy – vu au mois d’octobre aux côtés de la contrebassiste Sélène Saint-Aimé dans le cadre du festival Nancy Jazz Pulsations - lui qui avait enregistré (en 2017 me semble-t-il) Revisiting Grappelli, un album pour lequel il avait eu la chance de se voir confier l’instrument de son maître, prêté par le Musée de la musique à la Philharmonie de Paris, selon l’idée présentée un peu plus haut. Un prêt renouvelé pour l’enregistrement de Unis vers et, par la même occasion, une affiliation à cette belle collection de disques.

    L’occasion était trop belle de réparer mon erreur, d’autant plus que la musique jouée est d’une grande élégance, empreinte de beaucoup de délicatesse mélodique. Elle est ici servie par une formation en trio déjà à l’œuvre sur Revisiting Grappelli : avec Sébastien Giniaux à la guitare et au violoncelle, Jean-Philippe Viret à la contrebasse, augmentée çà et là des talents respectifs de Vincent Segal (violoncelle) et de Vincent Peirani (accordéon). Du très beau monde et, au bout du compte, un petit océan de douceur poétique, une manière de musique de chambre contemporaine traversée d’élans tendres et solaires. Presque impossible à dater. Surtout, de quoi rallumer ces lumières éteintes en notre époque épidémique un peu trop grise à mon goût. Et vous inciter à entrer dans cette belle histoire, même avec du retard. Car vous l’aurez compris, ici le temps ne compte plus, il est définitivement retrouvé, seule l’idée d’une joie profonde d’être en musique, ensemble – Unis vers – anime ces musiciens plus que jamais essentiels à nos vies matérielles.

    Les musiciens : Mathias Lévy : violon | Sébastien Giniaux : guitare | Jean-Philippe Viret : contrebasse | Vincent Segal : violoncelle | Vincent Peirani : accordéon.

    Titres : Intro | Ginti Tihai | Sur le fil | Home de l'être | Interlude | Unis vers | Extatique | Thelonious | Rêve d'éthiopiques | Kind of folk | Soleil dans les feuilles d'un arbre.

    Label : Harmonia Mundi

  • Pierrejean Gaucher Zappe Satie

    CJ_Zappe -Satie.jpgDu côté de chez Citizen Jazz, publication de Pierrejean Gaucher Zappe Satie, le nouvel album d'un guitariste qu'on est toujours heureux de retrouver.
    « Satie danse, Satie contemple, Satie joue, Zappa est là, clin d’œil à l’appui. Pierrejean Gaucher prend plaisir. On vous épargnera les considérations techniques et l’analyse des métriques pour retenir le fait que le guitariste délivre là ce qui est sans doute son album le plus accompli et le plus riche ».

    Lire la chronique...

    Toutes mes chroniques pour Citizen Jazz...

  • Belmondo Quintet : Brotherhood

    lionel belmondo, stephane belmondoDu côté de chez Citizen Jazz, publication de Brotherhood, le nouvel album du Belmondo Quintet qui signe par ailleurs le retour du label BFlat.
    « Les frères Belmondo n’ont pas manqué ce nouveau rendez-vous en quintet : Brotherhood, comme une évidence – mais quoi de plus difficile que de paraître évident ? – vous attrape par la manche pour ne plus vous lâcher ».

    Lire la chronique...

    Toutes mes chroniques pour Citizen Jazz...