Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Disques - Page 4

  • Edward Perraud : Hors Temps

    edward perraudCent mots pour dire l’essentiel... À l’écart des embardées de Das Kapital ou des extravagants voyages à bord du Supersonic de Thomas de Pourquery, Edward Perraud offre en trio une musique aux nuances subtiles en forme de réflexion sur le sens de la vie et la nécessité de « créer une bulle pour résister à l’ombre de l’obscurantisme ». Œuvre éminemment philosophique aboutissant à la suspension du temps – n’y voyez là aucun paradoxe chez un batteur plus que jamais coloriste – Hors Temps déroule des richesses dont on découvre les beautés au fil des écoutes. Jamais distante, son élégance formelle touche au plus près du cœur.

    Titres de l’album : Hors sol (9:13) | Chien lune (6:53) | Hors-piste (8:13) | Flower of skin (4:41) | Fer de lance (5:36) | Hors la loi (8:26) | Néguentropie (8:53) | Edukation (4:09) | Firmament (8:01).

    Musiciens : Edward Perraud (batterie, compositions), Bruno Angelini (piano), Arnault Cuisinier (contrebasse) + Erik Truffaz (trompette).

    Date de parution : 2 avril 2021 (Label Bleu)

  • Golden Retrieval : Départementale 985

    gilles coronado, fred pouletCent mots pour dire l’essentiel... Il aura fallu quinze ans pour que cet enregistrement voie le jour, grâce à la ténacité éclairée de Stéphane Berland qui continue de collectionner les pépites sur son précieux label Ayler Records. En à peine plus d’une demi-heure, Gilles Coronado et Fred Poulet nous embarquent dans un passionnant road movie rural qui les voit s’attarder dans un bar, faire une halte dans un garage après une panne ou entrer dans un casino. La guitare vacillante et imprévisible du premier, coulée dans les textes écrits, dits et chantés par le second, raconte une histoire qu’on dévore en même temps qu’on l’écoute.

    Titres de l’album : La route (4:17) | Promenade nocturne (3:36) | La marmite (2:58) | Le karaoké (3:06) | La panne (1:29) | Le garage (2:21) | Le casino (3:38) | Vénilia (1:46) | Entre deux ailes (2:55) | Le Journal du Centre (3:29) | Minute Papillon (3:14).

    Musiciens : Fred Poulet (voix, textes), Gilles Coronado (guitare, effets) + Sarah Murcia (Roland SH-101).

    Date de parution : 26 octobre 2021 (Ayler Records)

  • Adrien Chicot : Babyland

    adrien chicotDu côté de chez Citizen Jazz, publication de Babyland, quatrième album du pianiste Adrien Chicot.
    « Babyland suscite l’enchantement, on l’aura compris. Il marque aussi un temps fort dans le parcours d’un musicien qu’on suit depuis pas mal d’années déjà et qu’on avait pu repérer aux côtés de Samy Thiébault, du temps de A Feast Of Friends notamment ».

    Lire la chronique...

    Toutes mes chroniques pour Citizen Jazz...

  • Louis-Michel Marion & Françoise Toullec : Apocalyptic Garden

    louis-michel marion, françoise toullecDu côté de chez Citizen Jazz, publication de Apocalyptic Garden, une collaboration entre le contrebassiste Louis-Michel Marion et la pianiste Françoise Toullec.
    « Apocalyptic Garden a les allures d’une cérémonie de l’envoûtement. Il est aussi une invitation à nous retrouver, à nous rapprocher, après tous ces mois où l’autre était trop souvent pointé du doigt parce qu’ennemi potentiel ».

    Lire la chronique...

    Toutes mes chroniques pour Citizen Jazz...

  • Richard Gilly : Les froides saisons

    richard gillyCent mots pour dire l’essentiel... Les années 70 auront souvent revêtu des couleurs musicales d’inspiration californienne. Raffinement des harmonies vocales, enluminures des guitares acoustiques ou électriques, quête de mélodies intemporelles. Portée par Crosby Stills & Nash, Joni Mitchell, America ou encore James Taylor, cette école aérienne aura essaimé loin des côtes du Pacifique jusqu’à toucher la chanson française non sans bonheur. Avec son deuxième album, Richard Gilly, homme sensible et musicien délicat, lui déclare sa flamme en suscitant une émotion dont la pudeur culmine avec « L’appelé » et le destin tragique d’un poilu durant la première guerre mondiale. Ses Froides Saisons sont bouleversantes d’humanité.

    Titres de l’album : Les froides saisons (4:21) | My Lady de Montargis (4:46) | Eloïse (2:38) | Les wagons bleus (2:55) | Loi du 28 mars 1882 (3:09) | Maman Lapin (0:50) | L’appelé (4:12) | La fille au rouge un peu sanguin (2:40) | Donnez-moi un peu (3:05) | Une histoire de solitude (3:54) | Souviens-toi (3:12) | Quand tu partiras vers (3:05).

    Musiciens : Richard Gilly (chant, guitare, cithare, compositions), Georges Rodi (piano, accordéon), Eddie Efira (pedal steel guitar, guitare, banjo, voix), Gérard Kawczynski (guitare), Jean-Pierre Alarcen (guitare), Bernard Lubat (piano, batterie, percussions), Bernard Ilous (guitare, voix), Christian Padovan (basse), Augier de Moussac (basse), André Sitbon (batterie), B. Sassy (guitare, voix), Katherine Gilly (voix), Hervé Roy (direction quatuor à cordes).

    Date de parution : 1975 (Flamophone)

     

  • John Coltrane : A Love Supreme Live In Seattle

    john coltraneDu côté de chez Citizen Jazz, publication de A Love Supreme Live In Seatlle, une passionnante archive qui vient enrichir la discographie déjà bien fournie de  John Coltrane.
    « Autant de raisons qui doivent vous convaincre de l’importance de cette exhumation cinquante-six ans plus tard, tout en vous rappelant qu’il ne s’agit sans doute pas du disque qu’on recommandera pour entrer dans l’œuvre de John Coltrane. Il n’en est pas moins indispensable ».

    Lire la chronique...

    Toutes mes chroniques pour Citizen Jazz...

  • Renaud García-Fons : Le souffle des cordes

    renaud garcia-fonsDu côté de chez Citizen Jazz, publication de l'album Le souffle des cordes, que vient de publier le contrebassiste Renaud García-Fons.
    « Il n’est pas nécessaire de souligner ici les qualités uniques de l’écriture de Renaud García-Fons ni même la profondeur du chant qui l’habite et l’équilibre auquel il parvient naturellement en mariant des musiques qui, finalement, ne demandaient qu’à dialoguer ».

    Lire la chronique...

    Toutes mes chroniques pour Citizen Jazz...

  • Gratitude

    8978909-bd5a0ba0-36fa-4b08-9533-62d7026b5f5a.jpg

    Fin octobre 2021...
    Il est des moments qui comptent plus que d’autres dans une vie d’écriveur. Ainsi, lorsqu’un musicien de renom, que vous admirez par ailleurs depuis longtemps, vous appelle parce qu’il souhaite que vous soyez l’auteur du texte qui figurera sur son prochain disque (ce qu’on appelle aussi les liner notes).
    Étonnement, trac et joie mêlés…
    Je n'y parviendrai jamais, je ne suis pas légitime...
    Sentiment d’une grande responsabilité, peur de se tromper, d’être comme on dit à côté de la plaque.
    Laisser pour un temps les autres écrits en cours, prendre des notes, écouter attentivement la musique, penser aux anciens disques, sentir une drôle de fièvre vous gagner.
    Un carnet de notes, un stylo, et plus tard un ordinateur portable.
    Les premiers mots qui viennent, le début d’un texte qui prend forme.
    L'ombre d'un écrit.
    Bousculer les phrases, débusquer les répétitions, supprimer les mots superflus.
    Lire, relire, relire encore. Laisser reposer. Y revenir. Laisser reposer. Y revenir à nouveau. Trouver des fautes, il en restait. Remettre de l’ordre. Inverser. Non, ça ne va pas. C’est mieux ainsi. Peut-être…
    Admettre qu’il faut bien poser le point final.
    Se jeter à l’eau, envoyer le projet. Attendre.
    Inquiétude.
    Savoir par un message que ce travail répond aux attentes, lire un merci ému.
    Respirer.
    À chaque fois, c’est le même tourment heureux.