Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Tristan Mélia : Mistake Romance

tristan meliaEst-il vraiment raisonnable, en ces interminables mois de grisaille pandémique, de se déclarer ouvertement romantique alors qu’on a tout juste vingt-cinq ans, l’âge supposé des audaces et des barrières qu’il faut franchir pour croire qu’on existe ? Une question cruciale à laquelle Tristan Mélia a choisi de répondre par l’affirmative, osant même exprimer le désir d’extirper son propre cœur pour le glisser à l’intérieur de son piano.

Pour son deuxième album – après No Problem en 2018 avec le soutien de Thomas Bramerie (contrebasse) et Cédrick Bec (batterie) – ce jeune musicien s’est lancé dans l’aventure en solitaire, sous la forme d’une succession de confidences mélodiques enregistrées au mois de septembre 2020, entre deux confinements et au milieu desquelles surgissent parfois d’étonnantes (et réjouissantes) convergences entre jazz et musique classique. Mêlant en toute intimité compositions personnelles et reprises de différents thèmes célébrant avant tout la puissance communicative de la mélodie, Mistake Romance – parce que le pianiste aimerait pouvoir faire de ses erreurs des romances plutôt que des sources de conflit – est le livre dont on peut tourner les pages depuis les années d’enfance jusqu’à l’aube d’une vie. Tous les rêves sont permis, le sourire est prescrit comme une médecine douce, l’âme revendique son statut de porte ouverte sur l’autre, le souvenir se veut richesse bien plus qu’une machine à fabriquer du regret, chaque jour ressemble à un nouveau départ.

« Soul Eyes » et son clin d’œil appuyé à Bach, « Smile » et l’image émouvante d’un Charlie Chaplin, « 500 Miles » et son invitation au voyage… Quelques exemples qui sont autant d’appels à l’universalité de la musique et qui sonnent terriblement « vrai » chez Tristan Mélia, être humain désireux d’instiller du bout des doigts cette dose essentielle de douceur qui file entre les nôtres dès lors qu’elle se heurte aux vicissitudes d’un quotidien en perte de sens.

Essentiel, oui, à l’instar de « The Essential » qui ouvre cette promenade heureuse dont on saluera l'humanité tout autant que l'exposition à la lumière. Voici bien un parcours tendre et bienvenu, une source claire. Une romance.

Tristan Mélia : piano.

Titres : The Essential | Mistake Romance | Only My Heart | Soul Eyes | Ready To Go | Smile | Enfance | 500 Miles | Someday My prince Will Come | My Old Flame | The Nearness Of You | Piano des souvenirs.

Label : Jazz Family

Écrire un commentaire

Optionnel